Le prochain concert

8 décembre 2019 § Poster un commentaire

Samedi 11 janvier 2020 – 19h30

Concert dédicace par Jean-Michel MOLKHOU  pour la sortie de son ouvrage

Les Grands quatuors à cordes du XX° siècle 

Editions Buchet Chastel

La musique de chambre, sans doute la plus raffinée de toutes les formes musicales, a ceci de particulier qu’elle impose à ses partenaires complicité et humilité, partage et concessions. Le quatuor à cordes en est la forme la plus aboutie et la plus équilibrée, sorte d’idéal intellectuel, esthétique et spirituel aussi bien pour le compositeur que pour les interprètes ou pour le public. Un grand quatuor doit-il chercher la fusion de ses voix à tout prix afin de ressembler à un instrument à seize cordes, ou bien chacun de ses pupitres doit-il conserver une certaine identité ? C’est là toute la question, à laquelle chacun des cent vingt ensembles dont la carrière est retracée dans ce livre apporte une réponse singulière. Pour chaque quatuor sont ainsi détaillés l’histoire de sa formation, son style, sa place dans la tradition et son influence sur les générations suivantes, tout comme sa discographie ainsi que les instruments joués. Un disque de six heures de musique accompagne l’ouvrage, donnant à entendre une cinquantaine de quatuors dans une œuvre particulièrement représentative de leur art.

 

Violoniste depuis l’enfance, Jean-Michel Molkhou partage sa vie entre son métier de chirurgien et sa passion pour les cordes. Critique musical pour la revue Diapason depuis plus de trente ans, il est également l’auteur, dans la même série, de deux volumes consacrés aux Grands Violonistes du XXe  siècle.

en présence du

QUATUOR MODIGLIANI

 

REID HALL 4 rue de CHEVREUSE – 75006 – PARIS

Vente des billets le jour même à 19h chez 

Tschann Jeunesse 125, bd du Montparnasse, Paris 6°

Information/Réservation : ladivenote@gmail.com

 Entrée : 22€. Étudiant, chômeur: 16€. Moins de 12 ans : gratuit.

Laissez-passer 6 concerts au choix : 110€.

Hommage en double au XX° siècle

24 novembre 2019 § Poster un commentaire

Samedi 7 décembre – 20h

LEO MARILLIER, violon

FERNANDO PALOMEQUE, piano

EFFERVESCENCE 

 

Anton Webern (1883-1945),

Quatre pièces, opus 7

Morton Feldman (1926-1987),

Spring of Chosroes

Iannis Xenakis (1922-2001),

Dikhthas

Claude Debussy (1862-1918),

Sonate pour violon et piano

Anton Webern, 4 pièces pour violon et piano opus 7 (1910)

Uniques dans la musique pour violon et piano, ces oeuvres courtes inspirées par l’aphorisme à la Nietzsche comme par le Haïku sont empreintes d’une très forte puissance d’expression, à tel point que leur rayonnement sonore, le mouvement suspendu, figé, ou bien fébrile, trépidant, requiert à Webern d’employer les dimensions d’un ‘noyau’ pour ces pièces, comme la sève de ses expressions: Schoenberg, son maître, dit de Webern qu’il pouvait faire tenir ‘un roman dans un soupir’: la richesse intérieure et la générosité au-delà de tout risque fait de ces pièces un paysage vibrant, brisé, humain, et mystérieux.

Morton Feldman, Spring of Chosroes (1977)

Feldman et sa musique ne sont que mystère et ambiguïté: il déclare n’avoir d’autre règle que la page sur laquelle il écrit, il puise son inspiration à tous les horizons. En l’occurrence, cette pièce est en hommage à un roi persan, érudit, humaniste, dont l’héritage est réduit à une légende: celle d’un tapis qui décrirait le paradis terrestre. C’est là que Feldman puise son intérêt: il est fasciné par la richesse des tapis, leurs labyrinthes et leurs chemins. Comme nombre d’oeuvres tardives (mais dans un format beaucoup plus réduit), Spring of Chosroes est une méditation sur, autour, et avec le silence et la vie qui en sort. Les tissages entre les sections de la pièce sont très fins, la fabrique de l’oeuvre se limite à des motifs volontairement proches et primaux. Sa manière de métamorphoser le son n’en est que plus touchante. Sa sensibilité très forte pour la capacité d’attaque et de résonance des instruments fait de Feldman un poète de la nature.

Iannis Xenakis, Dikhthas (1979)

Xenakis est le compositeur de la force de l’esprit: on peut sentir l’inévitable ‘sortie de soi’ qui s’opère à chaque instant. D’où un très grand nombre de métaphores géologiques pour décrire sa musique. Oeuvres à la limite du jouable en termes de ferveur rythmique, grandeur harmonique, et métaphysique – si le terme peut s’appliquer à la musique, ce en quoi Xenakis croirait profondément. Dikhthas signifie ‘deux’ en grec, et est jonché chronologiquement de Jonchaies pour orchestre, et ‘Ikhoor’ pour trio à cordes, deux oeuvres qui explorent tant les effets de ‘masse’ – Xenakis ayant été architecte, il est sensible à la densité et la mobilité du matériau qu’il utilise – que les ‘arborescences’ – où la musique part, suit des gammes et échelles implacables dans leur élan, comme un arbre ou Icare désireraient le soleil. Dikhthas est une oeuvre qui dépasse beaucoup d’oeuvres, tant la richesse et la puissance d’affirmation de son créateur transparaît en une union mystique avec le son dans son abstraction, sa mobilité, et sa présence la plus créatrice – Xenakis couronne ses oeuvres d’une aura intemporelle.

Claude Debussy, sonate pour violon et piano (1917)

Dernière oeuvre du premier compositeur libre du 20ème siècle – Debussy refuse les codes tout en les épousant, les épurant à sa manière à la fin de sa vie pour atteindre une clairière, ce projet des six sonates pour instruments variés, entamé en 1915, mais laissé inachevé. Il semble ici créateur d’un folklore imaginaire, où violon et piano appellent chacun à leur tour une foule d’instruments, de manière à les écouter, à changer le spectre du violon et piano: l’acuité qui vient avec cette richesse d’écriture désarçonne encore aujourd’hui. Tantôt anglaise, espagnole, germanique, russe, française, la sonate décrit le conflit mondial autant qu’il expose la liberté du créateur.

REID HALL 4 rue de CHEVREUSE – 75006 – PARIS

Vente des billets le jour même à 19h chez 

Tschann Jeunesse 125, bd du Montparnasse, Paris 6°

Information/Réservation : ladivenote@gmail.com

 Entrée : 22€. Étudiant, chômeur: 16€. Moins de 12 ans : gratuit.

Laissez-passer 6 concerts au choix : 110€.

L’art du toucher

13 octobre 2019 § Poster un commentaire

Samedi 23 Novembre –  20 Heures

 

L’ART DU TOUCHER

Irakly AVALIANI – Piano

irakly-avaliani-20170111161359

Un jeu pur, lumineux, puissant et empreint d’une profonde intériorité…Une remarquable simplicité, la plénitude de la  sonorité et un phrasé toujours juste font de lui un des pianistes actuels les plus extraordinaires. Alain Kremski

Jean-Sébastien BACH
Trois Préludes et Fugues – Clavier Bien Tempéré, II

Prélude et Fugue en Do majeur

Prélude et Fugue en Mi bémol majeur

Prélude et Fugue en Fa mineur
Johannes BRAHMS
16 Valses, Op. 39
Franz SCHUBERT
Sonate en Ré majeur Op. 53 D 850

 

 

 

 

Ingmar Lazar

29 septembre 2019 § Poster un commentaire

Samedi 12 octobre – 2O h

Ingmar LAZAR

 Piano


Joseph Haydn
Variations en fa mineur Hob XVII/6
Ludwig van Beethoven
Sonate no. 32 op. 111
I. Maestoso – Allegro con brio ed appassionato
II. Arietta – Adagio molto, semplice e cantabile
Frédéric Chopin
Scherzo no. 3 op. 39
Pierre Boulez
Douze notations (1945)
Maurice Ravel
Oiseaux tristes
Une barque sur l’océan
(extraits des « Miroirs », M. 43)
Serguei Prokofiev
Sonate no. 3 op. 28

Ladies

15 septembre 2019 § Poster un commentaire

Samedi 28 septembre 2019 – 20h

Si rien n’est plus inégal et changeant que les destins des musiciens, que faut-il dire de ceux des musiciennes ? Le programme de ce concert se penche sur l’œuvre et la vie de quelques-unes au temps des impressionnistes, enlisées pendant si longtemps dans l’indifférence et le mépris. Laissons nous émouvoir par leur ardeur, leurs élans brisés, aux chemins semés d’humiliations et de succès dont on n’a pas encore effacé la trace aujourd’hui.

La musicienne, interprète ou compositrice se trouva longtemps aux prises avec une terrible ambivalence. D’un côté la musique, glorifiée par la bonne société, participait des accomplissements nécessaires au beau sexe au point d’en être un des tous premiers charmes, et de l’autre cette même société multipliait les interdits et couvrait d’opprobre les femmes talentueuses si elles passaient les bornes : jouer en public ou pire encore, gagner de l’argent, étant ainsi comparables aux hommes.

Pourtant la passion de la musique fit tout risquer à certaines et endurer les rançons de leur succès. Saluons Pauline Viardot, muse de Gounod, adorée par Tourgueniev, inspirant à Schumann son « Liederkreis ». Saluons Lili Boulanger, brillante comète à la brève carrière. Découvrons Amy Beach, virtuose, compositrice autodidacte au langage passionné et la pianiste française Cécile Chaminade, soutenue par Georges Bizet. Écoutons la britannique Rebecca Clarke, à la carrière américaine, dont la musique s’envole dans les sommets de la modernité. Sans oublier Florentine Mulsant, née en 1962, dont la verve poétique semble émaner de ses brillantes aînées.  Hélène Schmitt

 Concert dédié à la mémoire de Madame Reid

Pauline Viardot (1821-1910)

Six morceaux pour violon et piano, composés pour son fils Paul

Romance, Bohémienne, Berceuse, Vieille chanson, Mazourke, Tarentelle

Cécile Chaminade (1857-1944)

Deux morceaux pour violon et piano opus 31, dédiées à Madeleine Godart et à M. Marsick, Paris 1884

Andantino, Romanza 

Lili Boulanger (1893-1918)

 Trois pièces pour violon et piano, dédiées à Yvonne Astruc, Paris 1914

 Nocturne (Paris 1911), Cortège (1914) D’un matin de printemps 1917)

Rebecca Clarke (1886-1979)

Trois pièces pour violon et piano

Lullaby (1918) Midsommer Moon (London 1926) Chinese Puzzle (London 1925)

Florentine Mulsant (1962)

Jardins d’étoiles pour violon et piano opus 44, 2012 

Amy Beach (1867-1944)

Trois pièces opus 40 pour violon et piano dédiées à Maud Powell, Boston 1898

La Captive, Berceuse, Mazurka

Romance

Alain et Marie-Claire Bancquart

23 juin 2019 § Poster un commentaire

LA DIVE NOTE  Samedi 14 septembre 2019

Hommage  à MARIE-CLAIRE par ALAIN BANCQUART

LECTURE CONCERT

MARIE-CLAIRE  BANCQUART

Lectures extraites de

Toute minute est première

Anthologie personnelle réalisée par Claude Ber aux éditions du Castor Astral

par Frédérique Wolf Michaux

ALAIN BANCQUART

Le Livre du doute 

Dialogue de l’oubli, flûte et violoncelle

Chaque matin bouge la mort, alto seul

Monologue du double, violon et alto

Vertical du secret, trio à cordes

Mémoire de l’improbable, quatuor à cordes

In fine, harpe et quatuor à cordes

    Jean-Luc Menet, flûte, Fabrice Pierre, harpe,

Sona Khochafian et Leo Marillier, violons, Claire Merlet, alto,

Laurent Camatte, alto, Pierre Strauch,violoncelle

Direction : Joel Soichez.

REID HALL 4 rue de CHEVREUSE – 75006 – PARIS

Vente des billets le jour même à 19h chez 

Tschann Jeunesse 125, bd du Montparnasse, Paris 6°

Information/Réservation : ladivenote@gmail.com

 Entrée : 22€. Étudiant, chômeur: 16€. Moins de 12 ans : gratuit.

Laissez-passer 6 concerts au choix : 110€.

Prévente

FALADO, librairie musicale 6, rue Léopold Robert Paris 14e

Mi-Fugue Mi-Raisin, vins et disques 36/38, rue Delambre Paris 14e

Un trio, trois trios

2 juin 2019 § Poster un commentaire

Programme

Haydn, Trio Hob. XV:28 
Allegro moderato
Allegretto
Allegro

Brahms, Trio n 3 op. 101
Allegro energico
Presto non assai
Andante grazioso
Finale : Allegro molto

Entracte

Ravel, Trio
Modéré
Pantoum
Passacaille
Final