Pour célébrer Olivier Greif

30 avril 2017 § Poster un commentaire

Hommage à Olivier Greif (1950-2000)

Dix-sept ans jour pour jour après sa précoce disparition, ce sont deux facettes d’une personnalité envoûtante et multiple que le concert propose.

Le vaste cycle de Lieder d’après Hölderlin, révélé par Vincent Le Texier et Philippe Hattat, en constitue l’essentiel. Après une longue période de réflexion spirituelle, Olivier Greif choisit pour son retour à la composition (1991-1992) l’univers énigmatique et bouleversant de l’immense poète romantique allemand Hölderlin. Il envisage de titrer « Le Rêve du monde » son œuvre monde, qui restera inachevée : « Huit Lieder finis, sur treize, et déjà soixante-dix minutes de musique ! Sur les cinq Lieder qui restent à faire, j’en ai entamé trois, sur lesquels je m’acharne à la fois. »

Au cœur des cahiers de ce Rêve cosmique, deux éblouissantes partitions de jeunesse, le Rondo 42nd Street (Reid Hall oblige!) et la Sonate dans le goût ancien,  fourniront sous les doigts de Takuya Otaki un contraste tonique.

Brigitte François-Sappey

Le Rondo pour piano, extrait d’un recueil de 4 pièces intitulé Paradisiac memories, composé à Ney York en 1970, est fondé sur une chanson américaine des années 1930, 42nd Street.

Sa composition a été inspirée par le Alla Ingharese Quasi un Capriccio ( Die Wut über den verlorenen Groschen), opus 129 de Beethoven.

 

 

Publicités

Edna Stern joue la marquise

16 avril 2017 § Poster un commentaire

Programme

Jean Sébastien Bach

Toccata de la 6° Partita BWV 830

Hélène de Montgeroult

 Études 7, 17, 19, 26, 37

Robert Schumann

Kinderszenen op. 15

Hélène de Montgeroult

Thème varié dans le genre moderne

Entracte

Jean Sébastien Bach

Préludes et fugues du clavier bien tempéré, BWV 857

Hélène de Montgeroult

Fugue en Fa mineur

Joseph Haydn

Andante et variation en fa mineur Hob XVII

Hélène de Montgeroult

 Études 55, 65, 66, 104, 107

Johannes Brahms

Choral op.122 n°5 « Schmücke dich ô Liebe Seele »

 Félix Mendelssohn

Variation Sérieuse op. 54

Variations Goldberg sur clavecin de rêve

4 avril 2017 § Poster un commentaire

Le clavecin que vous entendrez est la copie somptueuse d’un instrument allemand à deux claviers réalisé en 1735 par un facteur d’instrument allemand de Thuringe, Gottfried Silbermann. Réalisé en 1995 par Frédéric Bal et  Anthony Sidney, il appartenu à ce dernier jusqu’en 2016. Cet instrument est particulièrement adapté au répertoire baroque allemand. Sa registration est riche: 8 pieds, 4 pieds, nasal, et l’accouplement du clavier est en dogleg, c’est-à-dire que le fait de jouer sur le clavier inférieur n’actionne pas les touches du clavier supérieur, ce qui rend le jeu plus léger et plus rapide.

Ce clavecin a servi pour une vingtaine d’enregistrements de prestige parmi lesquelles « Bach, A la maniera italiana », par Rinaldo Alessandrini (Naïve), « le Fandango » de Soler par Andreas Staier (Teldec),  les « Variations Goldberg » et le « Clavier bien tempéré » par Céline Frisch et un enregistrement de Gustav Leonhardt sous le label Alpha.

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de avril, 2017 à La Dive Note.