Hommage en double au XX° siècle

24 novembre 2019 § Poster un commentaire

Samedi 7 décembre – 20h

LEO MARILLIER, violon

FERNANDO PALOMEQUE, piano

EFFERVESCENCE 

 

Anton Webern (1883-1945),

Quatre pièces, opus 7

Morton Feldman (1926-1987),

Spring of Chosroes

Iannis Xenakis (1922-2001),

Dikhthas

Claude Debussy (1862-1918),

Sonate pour violon et piano

Anton Webern, 4 pièces pour violon et piano opus 7 (1910)

Uniques dans la musique pour violon et piano, ces oeuvres courtes inspirées par l’aphorisme à la Nietzsche comme par le Haïku sont empreintes d’une très forte puissance d’expression, à tel point que leur rayonnement sonore, le mouvement suspendu, figé, ou bien fébrile, trépidant, requiert à Webern d’employer les dimensions d’un ‘noyau’ pour ces pièces, comme la sève de ses expressions: Schoenberg, son maître, dit de Webern qu’il pouvait faire tenir ‘un roman dans un soupir’: la richesse intérieure et la générosité au-delà de tout risque fait de ces pièces un paysage vibrant, brisé, humain, et mystérieux.

Morton Feldman, Spring of Chosroes (1977)

Feldman et sa musique ne sont que mystère et ambiguïté: il déclare n’avoir d’autre règle que la page sur laquelle il écrit, il puise son inspiration à tous les horizons. En l’occurrence, cette pièce est en hommage à un roi persan, érudit, humaniste, dont l’héritage est réduit à une légende: celle d’un tapis qui décrirait le paradis terrestre. C’est là que Feldman puise son intérêt: il est fasciné par la richesse des tapis, leurs labyrinthes et leurs chemins. Comme nombre d’oeuvres tardives (mais dans un format beaucoup plus réduit), Spring of Chosroes est une méditation sur, autour, et avec le silence et la vie qui en sort. Les tissages entre les sections de la pièce sont très fins, la fabrique de l’oeuvre se limite à des motifs volontairement proches et primaux. Sa manière de métamorphoser le son n’en est que plus touchante. Sa sensibilité très forte pour la capacité d’attaque et de résonance des instruments fait de Feldman un poète de la nature.

Iannis Xenakis, Dikhthas (1979)

Xenakis est le compositeur de la force de l’esprit: on peut sentir l’inévitable ‘sortie de soi’ qui s’opère à chaque instant. D’où un très grand nombre de métaphores géologiques pour décrire sa musique. Oeuvres à la limite du jouable en termes de ferveur rythmique, grandeur harmonique, et métaphysique – si le terme peut s’appliquer à la musique, ce en quoi Xenakis croirait profondément. Dikhthas signifie ‘deux’ en grec, et est jonché chronologiquement de Jonchaies pour orchestre, et ‘Ikhoor’ pour trio à cordes, deux oeuvres qui explorent tant les effets de ‘masse’ – Xenakis ayant été architecte, il est sensible à la densité et la mobilité du matériau qu’il utilise – que les ‘arborescences’ – où la musique part, suit des gammes et échelles implacables dans leur élan, comme un arbre ou Icare désireraient le soleil. Dikhthas est une oeuvre qui dépasse beaucoup d’oeuvres, tant la richesse et la puissance d’affirmation de son créateur transparaît en une union mystique avec le son dans son abstraction, sa mobilité, et sa présence la plus créatrice – Xenakis couronne ses oeuvres d’une aura intemporelle.

Claude Debussy, sonate pour violon et piano (1917)

Dernière oeuvre du premier compositeur libre du 20ème siècle – Debussy refuse les codes tout en les épousant, les épurant à sa manière à la fin de sa vie pour atteindre une clairière, ce projet des six sonates pour instruments variés, entamé en 1915, mais laissé inachevé. Il semble ici créateur d’un folklore imaginaire, où violon et piano appellent chacun à leur tour une foule d’instruments, de manière à les écouter, à changer le spectre du violon et piano: l’acuité qui vient avec cette richesse d’écriture désarçonne encore aujourd’hui. Tantôt anglaise, espagnole, germanique, russe, française, la sonate décrit le conflit mondial autant qu’il expose la liberté du créateur.

REID HALL 4 rue de CHEVREUSE – 75006 – PARIS

Vente des billets le jour même à 19h chez 

Tschann Jeunesse 125, bd du Montparnasse, Paris 6°

Information/Réservation : ladivenote@gmail.com

 Entrée : 22€. Étudiant, chômeur: 16€. Moins de 12 ans : gratuit.

Laissez-passer 6 concerts au choix : 110€.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Hommage en double au XX° siècle à La Dive Note.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :